Etheria, personnage disparu

Il est des personnages disparus qui laissent des traces profondes dans leur sillage, et Etheria en fait partie, même si elle est passée aussi vite qu'une comète.

Sans doute vous êtes-vous demandé qui était cette Elfe qui porte le nom d'une quête ? Je vais essayer de vous répondre, craignant néanmoins de trahir sa personnalité qui était complexe et subtile, même si ses interventions témoignaient d'un tempérament de feu !

Un jour d'hiver, il y a plus de deux ans de ça, le 16 Janvier 2005, Etheria, jusqu'ici inconnue au bataillon, nous livra ses chroniques... une fois qu'elles furent affichées dans l'Antre des Aventuriers, elles provoquèrent leur petit effet, car les contes Lorndoriens étaient rares à l'époque,(quoique bien plus diversifiés et bien moins alambiqués que ce que l'on y voit actuellement : nostalgie, quand tu nous tiens....)

Bref !

Une révolution, vous dis-je, que cette description de personnage ! Tant par la rigueur de la présentation et la qualité de l'esthétisme, que par l'exploit de faire correspondre les actions sur le terrain avec la romance développée... dans style impeccable et original.

Il y avait eu déjà des débats sur le "RP, kezako ?" mais là, le témoignage d'Etheria en disait plus long que n'importe quelle définition, et l'impulsion fut lancée : nous aussi, on voulait se faire une belle fiche de personnage avec une vraie histoire dedans.

Mais trêve de blablas qui pourraient tout gâcher, je vous laisse découvrir ça par vous-même.

Avant tout, je vous invite à voir la fiche d'Informations Complémentaires de mon personnage dans le jeu qui reprend intégralement ce qui est ici dans une version plus agréable. Pour ce faire, il vous suffit de vous connecter au jeu et d'entrer le lien suivant dans votre barre d'adresse :
http://heroesofwarcraft.nainwak.org/perso/infos.php?joueur=Etheria

Excepté le prélude, tout ce qui suit s'est plus ou moins passé dans le jeu ; certains s'y reconnaîtront peut-être. Bonne lecture !

Chroniques d'Etheria


Prélude

Etheria était une jeune elfe habitant une contrée lointaine, au-delà de la bordure du Lorndor. Elle était belle et née d'une famille respectée dans toute la région mais un jour, le pire arriva : on la promit en mariage à un seigneur humain afin d'entretenir les relations de paix entre ces deux races. L'humain était vil et repoussant mais le devoir d'Etheria envers son peuple devait passer avant même ses passions premières ; elle accepta le mariage et scella ainsi un pacte de paix pour plusieurs générations.

Cependant, cette vie auprès d'un humain n'enjouait guère la jeune elfe et les jours lui paraissaient bien tristes, loin de sa terre natale. Elle fit alors ce qu'aucune autre n'aurait envisagé. Le jour de chasse habituel, elle décida d'accompagner son époux et ses gardes pour la battue. Alors que ces derniers poursuivaient un sanglier pour le repas du soir, Etheria sauta de cheval et s'enfonça dans les bois. Poursuivie par son époux, elle se retrouva bloquée au bord d'une immense falaise aux pieds de laquelle coulait une rivière. Quand son époux arriva devant elle, la regardant du haut de son destrier, Etheria eut un regard profond envers son mari forcé et lâcha une ultime larme avant de se laisser tomber à la renverse. Les gardes et le mari ne purent, impuissants, que regarder le corps chuter dans la rivière pour ne jamais refaire surface.

Que lui était-il arrivé ? Où était-elle ? Etait-elle encore en vie ? Personne ne le sut mais c'est à partir de cet instant que commença toute son histoire...


Un commencement douloureux

Etheria est allongée inconsciente sur les herbes folles qui bordent le lit de la rivière. Elle commence par gesticuler et recracher l'eau que ses poumons avaient ingurgitée avant de finalement ouvrir les yeux. Il est midi, le soleil est au plus haut et lui brûle les pupilles qui lui font affreusement mal. Après plusieurs mouvements désordonnés, Etheria réussit finalement à se lever sur ses quatre membres puis sur ses deux jambes.

Elle regarde vaguement autour d'elle le temps de reprendre ses esprits puis décide de se diriger vers le nord. Sa démarche est plutôt hasardeuse mais elle réussit néanmoins à avancer le long de le berge du fleuve. Après avoir longuement marché, Etheria décide de se reposer et s'assied sur un rocher. Elle contemple d'un air hagard les alentours cherchant le moindre indice pouvant lui indiquer où elle se trouve.

Quand tout à coup, un élémentaire d'eau jaillit de la rivière et tombe nez à nez avec la pauvre elfe. Etheria écarquille les yeux, prête à tomber à la renverse de son rocher tandis que l'élémentaire semble s'essouffler en dehors de son élément. L'élémentaire s'avance mais Etheria prend peur, tombe à la renverse et, sans le vouloir, donna un coup à l'élémentaire d'eau qui succombe immédiatement en laissant à Etheria une énorme blessure la jambe droite.

Etheria se relève doucement, fixant du regard la flasque d'eau qui représente le cadavre de l'élémentaire ; il est bien mort ! Etheria croit comprendre que l'élémentaire devait être déjà bien blessé pour avoir succombé aussi rapidement. Etheria s'approche de la dépouille aqueuse de sa victime et y aperçoit 6 pièces d'or. Elle se penche pour les ramasser et sent une horrible douleur à la jambe droite ; un cadeau d'adieu laissé par le monstre.

- Achetez mes produits ! 5 pièces d'or la potion !

C'était la voix d'un marchand haranguant la foule. Etheria tend l'oreille pour percevoir que le bruit provient du nord-est. Elle se relève tant bien que mal et se dirige vers le marchand en boitillant.

- Bonjour jeune elfe, je me nomme Kahzino ; que puis-je faire pour vous ?

Etheria lui montre alors sa blessure et le prie de lui vendre une potion. Le marchand sort de son sac une petite fiole à la forme allongée, la tend d'une main à l'elfe et réclame ses 5 pièces d'or de l'autre. Etheria sort les pièces d'or et prend la potion qu'elle ingurgite d'un coup sec. Cependant la potion ne suffit pas et la blessure lui fait encore mal. Mais alors qu'Etheria s'apprête à questionner le marchand sur sa position, un grand orc débarque devant le marchand et lui réclame une potion. L'orc n'ayant pas de quoi payer, le marchand refuse et l'orc entre dans une colère noire, sort son épée, décapite le marchand et assène cinq coups violents à Etheria.

Etheria s'effondre sur l'herbe, comme morte, et l'orc s'en va. Quelques elfes passant par là découvrent le cadavre de la pauvre Etheria et décident de la ramener en territoire elfique. Le cadavre n'étant identifié par personne, il est entassé avec les autres sur la frontière sud du royaume. Mais de nombreux taurens, charognards et brutaux, rôdent sur cette frontière et frappent, martelent, martyrisent le corps inerte de la pauvre elfe qui est meurtri de moult coups. Indignées par de telles ignominies, les autorités elfiques déplacent le corps d'Etheria dans un endroit plus paisible, le temps que quelqu'un identifie son cadavre.

Mais Etheria revient à elle pendant le trajet ; elle n'était pas morte, juste tombée dans le coma suite aux nombreuses blessures qu'elle avait subies.

Le plus surprenant est que son état civil lui attribue déjà deux décès alors qu'elle n'est dans cet étrange pays que depuis une demi-journée.


Une identité perdue

Etheria se retrouve ainsi seule, perdue au milieu de la forêt qui abrite la terre des elfes en Lorndor. Ne sachant où aller, elle demande son chemin à tous les elfes qui croisent son chemin mais aucun ne daigne lui répondre, tous la regardent de travers comme une folle. Heureusement, un elfe s'approche d'elle et lui adresse la parole. Il lui conseille de se rendre à la bibliothèque du château pour y trouver de plus amples informations sur ce monde. Il lui indique alors un arbre immense qui surplombe toute la forêt. Etheria le remercie et se rend devant l'arbre gardien, ancêtre de cette forêt et abri du château elfique. L'arbre est bien gardé et à l'arrivée d'Etheria, un garde s'approche d'elle pour lui demander ses motivations à aller au château. Elle lui répond qu'elle souhaiterait consulter les ouvrages de la bibliothèque afin de mieux connaître le monde dans lequel elle a atterri. Le garde la laisse passer et lui indique le chemin qu'Etheria emprunte immédiatement.

La bibliothèque est une immense salle aux colonnes, aux marches et aux étagères taillées dans le bois même de l'arbre gardien. Le nombre d'ouvrages est bien faible par rapport au nombre d'emplacements pouvant en accueillir mais ceci est du, expliqua un elfe chargé de l'accueil, aux durs changements qu'a subi le Lorndor ces dernières époques. Etheria déambule dans les rayons cherchant un ouvrage suffisamment généraliste pour pouvoir lui expliquer le monde qu'elle foule. La genèse du Lorndor : l'ouvrage, bien que mince, est le seul qui attira l'attention d'Etheria. Elle s'en saisit, s'assied à une des tables de la bibliothèque et le lit attentivement...

Quelle horrible histoire que celle de ce monde pensa Etheria qui commence déjà à regretter le paisible royaume elfique où elle a passé toute son enfance. Mais l'heure n'est pas aux lamentations ; il lui faut reconstruire sa vie, la vie qu'elle avait abandonnée en sautant de cette falaise. Bien décidée à explorer ce monde et y trouver une once d'humanité, elle sort de l'arbre gardien et assiste inévitablement à un dur combat. Un gnoll a pénétré la forêt et quelques soldats elfes tentent de l'en chasser. Etheria s'approche alors d'un autre elfe assistant à la bataille et lui demande comment de tels monstres peuvent-ils pénétrer si profondément dans le royaume. Son interlocuteur lui répond que ce phénomène restera toujours un mystère mais qu'heureusement quelques soldats courageux en viennent à bout dans des délais assez brefs, avant que ces monstres ne blessent la population.

Etheria est très intriguée par ce phénomène ; elle décide de mener sa propre investigation. Sa première victime est une petite mygale qui n'apporte pas grande résistance. Elle était sortie du sol juste devant Etheria qui n'a aucune difficulté à la tuer. La seconde victime est un cerbère d'assez petite taille qui lui non plus ne donne pas grande résistance. Forte d'avoir débarrassé le royaume de ces deux horribles monstres, Etheria est invitée au château pour y recevoir une récompense monétaire plus que conséquente.

Etheria décide alors de subir un entraînement draconien tout en chassant les monstres qui pullulent de plus en plus à l'intérieur du royaume ; représentant un danger permanent pour la population. Ces dures journées d'entraînement sont éreintantes pour la jeune elfe qui avait été habituée à la vie de château dans sa vie passée. Mais elle avait abandonné son ancienne identité pour un idéal trop longtemps oublié : la liberté !


La nécessité de l'équipement

Il est temps pour Etheria de s'équiper si elle veut avoir une chance de survivre dans ce monde barbare et sanguinaire qu'est le Lorndor. Comme à son habitude, elle demande aux nombreux elfes sur son chemin où se trouvent les magasins du royaume et quelle n'est pas sa surprise lorsqu'elle apprend qu'aucun magasin ne se trouve dans le royaume ; ils sont tous sur les terres hostiles qui bordent cette forêt calme et paisible.

Etheria hésite longuement avant de sortir de la forêt jusqu'à ce qu'un groupe charmant d'aventuriers accepte qu'Etheria les accompagne une partie de leur trajet en direction de l'ouest. Ce groupe d'elfes part guerroyer un clan de barbares orcs et taurens qui saccagent l'auberge dite du mort vivant infernal. Le trajet fut plutôt court et sans encombre. Etheria se sépare alors de sa charmante escorte quand elle arrive au magasin de magie ; ce ne sera que plus tard qu'Etheria apprendra que cette valeureuse escorte est intégralement tombée face aux hordes barbares trop nombreuses.

Etheria pénètre dans le magasin de magie et le tenancier, un petit mage gnome, lui fait la courbette dès son entrée. Il invite l'elfe à regarder les étalages et la met en garde qu'elle ne pourra contrôler qu'un seul élément ; telle est la volonté des dieux en Lorndor. Etheria parcourt le vaste magasin en observant chacun des sorts qui y sont proposés !

Tant de sortilèges à vocation destructrice. En raison des limitations de sa bourse, Etheria pose son dévolu sur le sort d'Etincelle qui était sans aucun doute le plus pratique de tous même si Etheria, en tant qu'elfe, était nyctalope. Ce sort nouvellement acquis, Etheria quitte le magasin et se retrouve à nouveau seule dans cette vaste plaine. Seule ? Non, un orc perfide à l'air menaçant s'approche du magasin, armé de sa grosse massue. Etheria se dit que l'occasion est on ne peut meilleure pour tester son nouveau sort. Elle se cache derrière un pan de mur et attend que l'orc soit suffisamment proche pour l'éblouir avec son étincelle. L'orc, surpris, est aveuglé par la lumière sortie de nulle part et Etheria, non contente d'avoir réussi son coup, assomme l'orc d'un violent coup de bâton sur le crâne. Mais un coup ne suffit pas, l'orc est costaud et le bâton se brisa en morceaux. Etheria doit lui assener un second coup de poing sur la tête afin que ce dernier perde enfin connaissance.

Peu de temps plus tard, quelques gardes elfes viennent procéder à l'arrestation et à l'exécution du malheureux orc, remettant à Etheria la somme convenue pour la tête de ce monstre. Etheria n'avait mis hors d'état de nuire cet orc que par bonne conscience et n'avait même pas envisagé que cet orc était activement recherché. Mais cette récompense tombe à point car elle va pouvoir remplacer ce vieux bâton qu'elle vient de briser sur la tête de l'orc.

Etheria se dirige donc toujours vers l'est jusqu'à ce qu'elle rencontre un premier marchand : SuhrKouf. Elle demande à ce dernier de lui montrer sa marchandise et il lui présente des armes toutes plus lourdes et si peu maniables les unes que les autres. Etheria tente de soulever un gros marteau mais elle n'y parvient pas et abandonne donc l'idée de l'acheter. Elle continue un peu plus vers l'est et pénètre sur des terres enneigées et glaciales. La neige n'entrave que peu les mouvements de la jeune elfe dont la légèreté lui permet de survoler cette poudre blanche. Mais elle peut reconnaître les traces laissées par un petit individu qu'elle décide de suivre. Plus rapide, elle ne met que peu de temps à rattraper la petite personne qui n'est autre qu'un autre marchand ambulant nommé Mzuleft. Comme pour le dernier, elle demande à voir la marchandise et aperçoit une arme d'une légèreté et d'une maniabilité sans égale qui lui conviendra parfaitement : une dague de puissance. La somme demandée par le petit marchand gobelin est certes élevée mais Etheria n'hésite pas à débourser la somme requise pour cet ustensile qui lui sera sûrement d'une grande utilité.


Survivre ou mourir

Mais le monde du Lorndor est cruel et sans pitié. Son quotidien n'est constitué que de guerres, massacres, meurtres et tueries. Ces aberrations n'ont que trop duré ! Les sentiments, la pitié, l'amour ont laissé place à la violence, la cruauté et la haine. Le c½ur des êtres de ce monde a été corrompu et tout ce qui était bon en ces terres a disparu.

Etheria qui est arrivée dans ce monde il y a moins d'une semaine, n'est pas habituée à tant de violence et de haine ; ses sentiments et ses émotions prennent bien plus souvent le dessus sur ses actes.

Depuis qu'elle séjourne en ces terres du Lorndor, Etheria n'a que trop vu de sang couler, d'hommes mourir, souvent inutilement, au combat ; trop vu d'êtres errer sans but, sans foi, sans conscience, frappant, tuant, pillant tout ce qui se dresse sur leur passage. Les habitants de ce monde continuent de vagabonder, ne tenant plus à leur vie au point de se lancer dans des actes suicidaires en permanence.

Ce monde est tout ce qu'il y a de plus barbare et abjecte, les sentiments n'existent plus qu'enfouis au plus profond des hommes qui les ont refoulé depuis fort longtemps. Mais Etheria est bien décidée à faire ressortir ces sentiments de plus profond des êtres afin de faire de ce monde une civilisation au moins aussi rayonnante que son ancien monde.

Hélas raisonner plus d'un siècle de sauvagerie et d'animosité n'est pas chose aisée et Etheria va en faire les frais.

 

Alors qu'elle se promène sur les terres enneigées, elle finit par tomber sur une rivière. L'eau est trop profonde et son écoulement trop rapide pour pouvoir la traverser. Etheria continue donc sa route vers le nord, plus chaleureux et moins enneigé. Après quelques heures de marche, le soleil commence à se coucher et les étoiles à scintiller. Etheria fait une halte au bord de la rivière afin de s'y reposer et d'y reprendre des forces. Elle récolte alors quelques brindilles qu'elle coupe avec sa dague nouvellement acquise et allume un feu de camp grâce à son sort d'étincelle. La nuit est claire et paisible ; le chant des étoiles réjouit le c½ur de l'elfe qui n'avait rien vu d'aussi beau en ce monde depuis fort longtemps. Et elle s'assoupit tranquillement au chant des criquets.

Mais un bruit de feuillage la réveille : quelque chose a remué dans un petit bosquet. Etheria ouvre les yeux lentement tentant d'apercevoir de quoi il peut s'agir. Quand tout à coup un troll armé d'une énorme épée jaillit du bosquet pour frapper Etheria, la jeune elfe tente d'éviter le coup mais elle se fait quand même blesser. Elle tente alors de prendre ses distances par rapport au troll et de le raisonner.

- Pourquoi voulez-vous me tuer ? Que vous ai-je fait pour éveiller en vous une telle colère ?

Mais le troll semble avoir fermé son c½ur depuis fort longtemps et grommelle de nouveau avant de se jeter sur la pauvre Etheria qui est de nouveau blessée par l'imposante épée que tient le troll.

- Je vous en prie, écoutez moi ! Il n'y aucune raison pour que nous combattions, posez cette arme et discutons calmement.

Mais le troll reste insensible à ces paroles et continue d'attaquer la pauvre elfe qui se fait rouer de coups. Désespérée et comprenant que son c½ur est bien trop noirci par les batailles qu'il a subi, Etheria abandonne l'idée de lui faire entendre raison. Elle déclenche alors une mini tornade qui souleve les feuilles, créant à cette occasion un rideau vert lui permettant de couvrir sa fuite. Quand le vent se calme et que les feuilles retombent, le troll comprend que l'elfe s'est échappée et pousse un cri de rage qui ne manque pas d'alerter les monstres des environs.

Etheria fuit aussi loin que le permettent ses jambes mais elle tombe très vite d'épuisement et décide de grimper dans un arbre afin d'y terminer sa nuit, à l'abri des nombreuses créatures sauvages qui rôdent dans la région.

suivant >

Page 1

17073 personnes ont vu ce numéro,
une personne le consulte actuellement.

Anciens numéros
Contacts, Liens, Droits

valid xhtml valid css Contrat Creative Commons rss
apache php get firefox

© Creative Commons, Gazette du Lorndor 2005-2006