Mais c'est Monstrueux !





Les Dieux du Lorndor avaient encore décidé de jouer avec nos capacités, et c'est par cette petite phrase que nous avions été avertis...  A priori, alors que depuis toujours notre vue si perçante nous permettait de connaître avec certitude l'état de santé des monstres qui constituaient la faune de notre chère terre, ce n'était plus le cas. Etaient-ce ces monstres qui avaient ainsi trouvé un moyen de se protéger, ou bien nous, qui avions ainsi perdu quelques-unes de nos compétences ?

Si je pouvais comprendre que les gnomes, perdus dans les hautes herbes, n'arrivaient finalement plus à apercevoir clairement le monde qui les entourait, il était impossible que la race elfique à laquelle j'appartiens ait perdu de ses facultés visuelles. Je décidai donc d'aller vérifier tout ça sur le terrain, pour pouvoir faire part à la Gazette du Lorndor et à nos fidèles lecteurs du résultat de mes expériences.

Je me rendis donc au centre de nos terres, entre le Royaume Troll et les deux Auberges de la région : celle de Cerberus et celle du Grunt enragé. J'avais parfaitement choisi la zone, et celle-ci foisonnait de monstres et d'élémentaires. J'en apercevais à perte de vue.







Ma vue ne me semblait en aucun cas brouillée, et c'est donc pleine d'enthousiasme que je me dirigeai vers l'élémentaire d'eau, qui m'avait l'air très mal en point. Je me rapprochai donc doucement, notant au passage ce que j'observais autour de moi :







Quelle ne fut pas ma surprise de réaliser que ma vue me trompait ! Je secouai d'abord la tête, espérant que ces illusions étaient dues à mon réveil trop matinal (je devrais d'ailleurs penser à demander des heures supplémentaires à la Gazette tiens ...). Mais rien ne changea. Je me frottai longuement les yeux, sans plus de résultats. Je bus une petite potion pour me remettre d'aplomb, mais rien n'y fit : j'étais incapable de me rendre compte de l'état des monstres qui m'entouraient. Je décidai malgré tout de continuer ma route vers l'élémentaire eau, espérant que ma première vision était la bonne. Je pris soin de noter les changements que je pouvais observer chez les autres monstres :







J'étais arrivée au plus près du monstre que je visais, je voyais maintenant clairement son état. Mais pour le reste, j'étais totalement incapable de savoir si oui ou non les monstres étaient à l'article de la mort, ou au contraire, en excellente santé.

À ce que j'avais entendu, on pouvait dorénavant améliorer ses capacités de chasseur, tout simplement en pratiquant la chasse. Je partis donc courageusement à l'assaut de l'élémentaire dressé devant moi :



J'étais rassurée. Il suffisait donc de chasser un peu, et nos capacités s'amélioreraient nettement, Je comprenais donc maintenant ce que les Dieux nous avaient transmis : comme pour les combats, il nous fallait dorénavant acquérir une expérience de la chasse.



Cette enquête m'avait épuisée, je décidai donc d'aller me reposer dans une Auberge, à mes frais bien évidemment... Le métier de Chroniqueur est décidément bien ingrat...

Attablée, je profitai d'un bon repas chaud, et je mis à contribution un autre de mes sens : l'ouïe. En écoutant parler les clients de l'Auberge, j'en appris un peu plus. Si je pouvais encore faire confiance à mes oreilles (sait-on jamais, après la vue, les Dieux pourraient s'en prendre à notre ouïe ...) alors notre expérience ne progressait pas toujours lorsque nous chassions : il était même impossible de prédire si elle allait augmenter lorsque le coup était donné. Et, chose étrange, certains valeureux chasseurs expliquaient qu'en tuant de petits monstres, à peine adultes, donc des cibles très faciles, il leur était arrivé de gagner de l'expérience. Je notai rapidement toutes ces données sur un carnet, et décidai d'attendre le lendemain pour vérifier tout ça.

De bon matin, je m'attaquai donc à la première cible que je croisai, espérant ardemment améliorer mes compétences de chasseuse. Quelle ne fut pas ma déception... Malgré toute ma bonne volonté, certains de mes coups ne m'apprirent rien de nouveau :



Aucune cible facile ne traînait à ma portée, je dus donc me contenter de ces on-dit et écourter mon expérience : on m'attendait impatiemment au siège de la Gazette...



Alainglandu


17060 personnes ont vu ce numéro,
une personne le consulte actuellement.

Anciens numéros
Contacts, Liens, Droits

valid xhtml valid css Contrat Creative Commons rss
apache php get firefox

© Creative Commons, Gazette du Lorndor 2005-2006