En avant-première mondiale interplanétaire galactique, les studios Arnak ont l'horreur de vous présenter l'épisode-pilote de :

Les téléporteurs qui vous font voir des p'tites zétoiles : Episode 2 : Comment ça va ch*** grave !!!

Avec
  • Le général BouleDeBillard
  • Le gnoll domestique du général BouleDeBillard
  • Le colonel Crac-au-nez
  • Le major Cratère
  • L'ethnologue comportementaliste sans frontière (et sans diplôme) Dr Watson

  • et l'alien de service : moi, le narrateur (Tic) (sans Tac, merci)


Résumé de l'épisode précédent :
suite à un malheureux enchaînement de circonstances indépendant de sa bonne volonté, le colonel Crac-au-nez a expédié sa massue à travers le téléporteur... et la massue est revenue à l'expéditeur, accompagnée d'une déclaration de guerre émanant d'une peuplade inconnue...

Mais, me demanderez-vous, comment un petit jet de massue tout à fait involontaire a-t-il pu déboucher sur un ultimatum pareil ?
Bonne question.
Pour le savoir, revenons un peu en arrière, et suivons les événements à travers les yeux de la mouche collée à l'arme du crime (oui, souvenez-vous... la mouche...).

Alors... très gros plan sur les noeuds de la massue, puis brêve vision d'une paire de cornes (ça c'était le colonel Jo Lee Keur... *standing ovation*) et d'une paire de fosses nasales très elfiques (et ça le major Cratère). Puis, zouip, une grande lumière bleue.
Et voici la massue, volant avec grâce dans les airs sous un ciel d'azur... avant de rebondir sur le crâne d'un ogre... puis sur celui du troll qui était en train de cogner sur l'ogre... et finissant sa course dans une soupière après être passée par la fenêtre d'un donjon noir. Jusque là, tout va bien.
Sauf que la soupe qui était dans la soupière se retrouve maintenant sur un mort-vivant qui n'a pas l'air d'apprécier les douches écossaises. Et encore moins en présence du gratin UD de la région...
Alors que notre mouche s'éloigne en zigzags, on peut entendre une voix tonner :

"- Retrouvez-moi le responsable de ce bazar ! Et plus vite que ça !!! Il va voir de quel bois je me chauffe !!!!"


Maintenant que nous en savons un peu plus, laissons notre mouche se diriger vers un grunt mélancoliquement assis au bord d'un marais sous la pluie et revenons-en au LGC.

Le général BDB a fini de donner son avis sur ce qui vient de se produire depuis environ une heure quand le personnel de la base souterraine ose pointer un nez prudent à la porte.
Rassuré, le reste de l'équipe LG-1 (autrement dit le Dr Watson et Tic -qui, une fois n'est pas coutume, à réussi à éviter toutes les portes en passant par les conduits de ventilation- , puisque le major admire les Taurinium) monte récupérer ce qui subsiste de Crac-au-nez à la taverne.

Après l'avoir tant bien que mal traîné jusqu'à l'infirmerie, les deux héros tâchent de déterminer la conduite à tenir en cette situation de crise.
L'accord est vite trouvé.
Tous deux retournent à la taverne afin de se remettre de leurs émotions via un petit coup de tord-boyaux par derrière la cravate.
La mission est un succès et la paire d'aventuriers ronfle bientôt en choeur, le nez sur le comptoir.


Quelques temps plus tard, dans une salle dont les murs disparaissent sous des cartes d'état-Lorndor, le général BDB considère ses troupes d'un oeil sévère. Il faut dire que, pour diverses raisons, aucun des membres de LG-1 n'a l'air très frais.
Mais ce sont les héros du générique (vous savez, celui avec pleins de grosses explosions et d'elfettes très peu vêtues ?), donc il va falloir faire avec.

"- L'heure est grave. Le Dr Watson a longuement étudié la stèle que nous avons reçue et il semblerait qu'elle provienne de morts-vivants."
Se sentant le point de mire des regards admiratifs -et dubitatifs- du reste de l'équipe, le troll se rengorge (et omet de dire que cette magistrale déduction est dûe à la découverte d'un index décomposé resté collé à la pierre). Il étouffe un rôt puis commence à se curer les dents, l'air très satisfait...
Le général abat le poing sur la table, et l'arrière-train de tous les protagonistes décolle des chaises.

"- Des mooooooooorrrrrrrts-viiiiiiivaaaaaaaaaannnnnnnnnts !!!!!!!!!", rugit BDB avec une expression terrifiante.
Il se penche (enfin non, pas besoin, vu que c'est un nain) pour fusiller du regard l'équipe de LG-1 qui s'est réfugiée sous la table, épouvantée.
"- D'effrayants, féroces, affamés, cruels, sadiques, décomposés, morts, terribles, cauchemardesques, apocalyptiques, vivants... UNDEADS !"
Tous claquent des dents.
Le major tombe dans les pommes.

"- Alors... vu que c'est votre équipe de pieds nickelés qui nous a fichus dans ce mer****, vous allez me faire le plaisir d'aller négocier avec ces UD !
- Quoi ?!
- Mais...
- Nous...
- EXECUTION !!!!"
En moins de cinq dixièmes de secondes, LG-1 a quitté la salle et galope vers le téléporteur.


Après avoir traversé le portail et cavalé à fond de train sur une bonne vingtaine de milles dans les plaines de Lorndor, l'équipe s'arrête, à bout de souffle.
Tremblant, plié en deux, Watson regarde craintivement autour de lui.

"- Il... il ne nous a pas suivis ?
- Attention, comme c'est un nain, il pourrait se cacher derrière un brin d'herbe pour nous surprendre !"
Les courageux aventuriers se pressent les uns contre les autres.
C'est à se moment-là que Tic remarque un détail incongru.

"- Heu... mon colonel, c'est très original, ce nouveau piercing...
- Quel piercing ?
- Ah, parce que ce n'est pas un..."
Crac-au-nez se dévisse la tête pour considérer la flèche qui s'est plantée dans son vaste postérieur.
"- M****, keskesafoulassa ???" beugle-t-il.
"- Ne bougez surtout pas ! Je vais m'en occuper !" s'exclame le major Cratère.
Le tauren semble soudain perclus de douleur.
"- Oui, parce que ça fait mal ! Ouille !
- Et là, c'est très sensible ?
- Très ! Aïe ! Non, non, continuez !
- Oh, comme vous êtes courageux de supporter la douleur ainsi, Crac..."
Tic et le Dr Watson -qui s'étaient pudiquement détournés pour ne pas ajouter à l'embarras de leur postérieur... heu, pardon...supérieur- se mordent les lèvres pour ne pas ricaner trop fort... peine perdue.
"- Qu'est-ce que vous avez à rigoler, vous deux ?" gronde le colonel en se redressant enfin.
"- Rien mon -hihi- co-colonel", bégayent les fautifs.

Pendant ce temps, le major examine la flèche, et surtout le bout de parchemin qui est enroulé autour de la hampe.
"- Hum... on nous convie à envoyer un émissaire au rocher noir qui se trouve près du portail par lequel nous sommes arrivés..."
Les explorateurs se fixent les uns les autres... puis les yeux glissent vers Tic. Celui-ci commence à s'inquiéter.
"- Pourquoi vous me regardez tous comme ça ?
- Devinez..."


Alors que le soleil approche du zénith, le colonel est assis ("Ouille, aïe aïe aïe") à côté du major et lui expose avec force détails les qualités que doit avoir une bonne massue ("Oh, comme vous savez bien parler aux elfettes, Crac !"). Les cornes du tauren flageolent sous le coup de l'émotion.

Voici que Watson lève les yeux par le plus grand des hasards et rajuste son monocle, les sourcils froncés.
"- J'aperçois quelque chose dans le ciel... quelque chose qui semble se diriger vers nous... impossible d'en déterminer la forme ou la couleur... attendez, je crois que c'est..."
Sans lui laisser le temps de finir, la chose s'écrase au sol, faisant voler des mottes de terre à plusieurs dizaines de mètres à la ronde.

Les héros s'approchent prudemment du cratère fumant creusé par l'impact. Quelque chose remue tout au fond... ça rampe vers le bord en toussant.
"- Tac !!!
- Moi c'est (touss, touss !)... Tic.
- Alors... comment ça s'est passé ?
- Oh... bien... Mon colonel, je crois qu'on est fichus : ils ont des massues plus grosses que la vôtre...
- Non ?!
- Si. Et ils veulent qu'on vienne discuter dédommagement au sujet d'une sombre histoire de soupière dans une auberge en terrain neutre, pas très loin d'ici."
Crac-au-nez se gratte les naseaux pour réfléchir.
"- Bon, on y va ! Je veux voir leurs massues, moi !"
Toute la troupe se met en marche, dans un mépris superbe du piège dans lequel elle pourrait se jeter...


La nuit tombe lorsqu'ils parviennent à un croisement de routes boueuses. Tapie dans le brouillard, une vaste masure sombre se tient là, telle une bête malfaisante dont les fenêtres scintillent de façon menaçante. Les lieux sont déjà occupés...

Sur le perron, le major lève le nez vers l'enseigne qui pend de travers au-dessus de la porte. "- Auberge aux Trois Morts... c'est très "neutre", en effet..."

Mais, déjà, Crac-au-nez à donné un grand coup dans le battant qui s'ouvre lentement de lui-même dans un grincement interminable...



La suite au prochain épisode

Shandra


Stargate SG-1 TM & © 2005 Metro-Goldwyn-Mayer Studios Inc.
 
 
45420 personnes ont vu ce numéro,
une personne le consulte actuellement.

 
valid xhtml valid css Contrat Creative Commons rss
apache php get firefox