Tcherno


    La nuit est tombée sur Lorndor...

Une ombre se déplace rapidement vers la Taverne Drow. Mû par une longue habitude, j'entre sans me poser de question sur l'accueil que l'on me réservera. Comme tous les soirs, l'ambiance est à la fête. Les Drows fêtent leurs victoires, à grand renfort de tournées générales. Du regard, je cherche leur chef, l'énigmatique Tcherno. Nous avons rendez-vous.

Je le trouve dans la pénombre d'une alcôve, légèrement à l'écart du bruit ambiant. Avant de le rejoindre, je passe par le bar pour prendre deux chopines et saluer mon amie Argowal. Tcherno m'accueille en me fixant d'abord de ses yeux rouges suspicieux, puis il sourit, il a l'air de bonne humeur ce soir...

Nous échangons d'abord quelques banalités, pour tâter le terrain, puis j'attaque les questions plus... sérieuses.
La bière délie les langues, tandis que la bonne humeur règne dans la salle.

PrinceNoir : Tu sais, Tcherno, j'ai eu vent de ton histoire, de ta rencontre avec la déesse araignée qui t'a poussé à fonder cette communauté... Te savais-tu autre qu'elfe avant ta rencontre avec elle? Te sentais-tu différent?

Tcherno : Bien sûr, je n'ai jamais oublié mes origines, même si lors de mon arrivée sur le Lorndor j'ai tenté de les dissimuler...
Ce qui a changé, c'est qu'après cette rencontre, je ne me suis plus caché.

PN : Quelle impression as-tu gardé de cette rencontre, pour le moins inhabituelle?

T : C'était comme se réveiller après un cauchemar... d'ailleurs tout ceci était-il bien réel ? répondit-il évasivement.

PN : Personne ici-bas ne saurait te répondre... Avais-tu déjà eu envie de rallier tes frères sous ta bannière avant cet événement?

T : Humm, non. Déjà je ne pensais pas qu'ils étaient aussi nombreux à la surface. Et puis j'avais vraiment d'autres choses à m'occuper.

PN : Te croyant unique, tu préférais te fondre dans la masse plutôt que d'afficher ta différence... Comment reconnais-tu tes autres frères, qui ont choisi de se cacher eux aussi?

T : Maintenant qu'ils ont vent de notre communauté, c'est eux qui viennent vers nous. me fit-il avec un regard de fierté vers ses camarades.

PN : Avant de fonder cette communauté si particulière, tu as fait partie des Gardiens, devenant même leur chef. Quel souvenir gardes-tu de cette période?

T : Hummmm...
Moment de silence, cette question semble réveiller chez lui nombre de souvenirs...
En fait cette période m'a fait connaître les plus grandes joies comme les plus grandes peines, donc je ne pourrais pas dire que j'en garde un souvenir totalement mauvais ou bon.
Mais dans l'ensemble, je ne regrette rien.

PN : Tu as fait un bout de chemin avec les Nlo, dirigés par celui que l'on appelle en ce moment "l'ami des dieux", Whoami. Savais-tu que cela serait passager? Quels rapports entretiens-tu avec lui?

T : Les Nlo et moi c'est une bien longue histoire qui prend ses racines il y a fort longtemps, bien avant les Gardiens, bien avant d'arriver en Lorndor même.
Je les ai rejoints de nouveau après mon départ des Gardiens. Ça m'a ressourcé mais je pense qu'eux-même se doutaient que je ne resterais pas. Quand on a goûté à la folie des grandeurs, on ne peux plus s'en passer.
Sinon, pour Whoami, on a vécu pas mal d'aventures ensemble, c'est un bon compagnon et je suis content de le compter parmi mes rares amis en Lorndor.

PN : Cela t'a ressourcé de tuer sauvagement des nains?

T : Il n'y a rien de plus ressourçant!
Puis il faut bien que quelqu'un se charge de limiter un peu la population naine, ça se multiplie tellement ces petites bêtes, comme des lapins.

PN : A propos de multiplication, que penses-tu de la surpopulation elfe sur Lorndor?

T : C'est une horreur, ça grouille de partout. C'est un véritable supplice quand je dois parcourir le royaume elfe, qui reste malheureusement mon royaume d'affectation. (Rictus de dégoût, puis soupir)

PN : Comment as-tu connu Argowal, ta soeur d'armes et chef de guerre des Drows?

T : Nos premières rencontres furent houleuses !
C'était lors de négociations diplomatiques entre les Elfpower et les Gardiens, on a frôlé la guerre entre nos deux factions
Forcément, deux Drows qui parlementent ça donne des résultats explosifs.
Mais j'ai vite découvert que derrière cette redoutable Chef de Guerre se cache une fille adorable.
Et elle-même a sans doute découvert que je ne suis pas qu'un sadique mégalo et parano.
Ensuite, c'est naturellement qu'on a créé ensemble la Communauté des Drows.

PN : Les premiers contacts avec Argowal sont toujours relativement agités... Il est vrai qu'elle ne manque pas de caractère. Que pourrais-tu nous dire de plus sur toi, tes projets...

T : Mon rêve serait que les Drows soient enfin reconnus comme une race à part entière.
Mais pour l'instant j'ai l'impression que les dieux supérieurs nous dédaignent nous et notre déesse Lloth. Nous sommes certes de très lointains cousins des Elfes, mais doit-on pour autant nous considérer comme tels ?
C'est aussi insuportable pour nous que pour un Tauren qu'on assimile à un Orc ou un Nain assimilé à un Gnome !
Il faudrait qu'enfin on nous reconnaisse en tant que Drows. D'ailleurs ça réglerait en partie le problème de surpopulation des Elfes, car notre clan n'est que la partie émergée de l'iceberg...

PN : Peut-être pourrait-on vous aménager un royaume dans les souterrains, l'ancien labyrinthe... Mais cela entraînerait une dissymétrie dans le nombre de races, et donc l'équilibre Horde/Alliance... Quoique les Drows sont censés être neutres. Que peux-tu nous dire à propos de tes engagements politiques, vis à vis des coalitions, ou des autres clans?

T : Je déteste les coalitions et je suis un nostalgique du bon vieux temps où tout le monde se tapait dessus sans faire autant de politique.
Aujourd'hui malheureusement je pense que seuls les Drows peuvent se targuer d'être véritablement indépendants, car nous n'établissons aucune alliance, nous faisons la guerre où bon nous semble et à qui on veut.
On va même jusqu'à défier des empires à nous seuls.
D'ailleurs le concept d'Horde et d'Alliance n'a pas vraiment de sens pour nous, nous sommes à part tout simplement.

PN : Il est vrai que nous vous avons vus adopter des attitudes qui en ont surpris plus d'un, notamment vis à vis de la Milice, des Ankhou et de l'empire. Votre indépendance est aussi marquée par le fait que vous ne vous engagez jamais définitivement d'un côté ou de l'autre de la balance... Mais n'est-ce pas le plus sûr moyen de se faire détester de tous? Ne risquez vous pas de vous retrouver dans la même situation que les RévolT récemment, sans allié pour vous défendre, contre toute une coalition agressive?

T : Plutôt que de rentrer dans le troupeau, nous préférons rester des moutons noirs
Et puis nous n'avons aucune attache sur cette terre, nous plantons notre tipi quelque part puis nous migrons autre part... Nous n'avons donc rien à défendre.
De plus, jamais nous n'irons comme les RevolT pleurer de l'aide aux autres clans, plutôt mourir.

PN : Cette farouche indépendance ne vous empêche pourtant pas d'avoir des amis, même si ceux-ci sont rares. Votre taverne est tout de même relativement fréquentée , et ce par tous les camps... Serait-ce dû au goût incomparable de la bière d'Argowal?

T : Ah, la bière d'Argowal ! Elle est sans conteste la meilleure du Lorndor ! (il vide sa chopine)
C'est bien normal qu'on vienne de loin pour y goûter, et ça nous permet effectivement de tisser des liens avec d'autres clans.
Car être indépendant ne signifie pas que nous sommes des ours !
J'invite d'ailleurs vos lecteurs à passer dans notre taverne, la première consommation est gratuite !

PN : Bien, je crois que nous pouvons nous quitter sur ce bon mot... Merci de m'avoir accordé cet entretien, et à bientôt sur les champs de bataille.

Je lui tendis la main, qu'il me serra chaleureusement.

T : Et bien je te remercie Prince Noir, je pense que nous aurons d'autres occasions de nous rencontrer à la taverne car je sais que tu es un fervent adorateur de la bière d'Argowal.

Je quittais la taverne et son ambiance bon enfant, pour me retrouver dans la fraîcheur de la nuit. Je rejoignis les écuries et mon destrier, puis partis au galop vers de nouvelles aventures...

En espérant que cette interwiew aura permis à tous de découvrir un peu plus les Drows, farouche clan du Lorndor, et leur non moins farouche chef Tcherno, elfe noir à la personnalité inclassable.



PrinceNoir


 
 
personnes ont vu ce numéro,
une personne le consulte actuellement.

 
valid xhtml valid css Contrat Creative Commons rss
apache php get firefox