MaraboO


Je m’étais encore égaré… Pourtant, les quelques membres du clan WGT que j’avais croisés m’avaient bien indiqué cet endroit précis : "là, au bout des traces de sang, derrière la montagne de cadavres". En effet, en proie à un petit "problème" d’ordre magique, trop intime pour que je puisse l’aborder en public, je m’étais mis en quête d’un puissant magicien en Lorndor, et la rumeur colportait, entre autres, le nom de MaraboO. A ce qu’on m’avait dit, il était en pleine guerre, en ces lieux-mêmes où j’errais depuis deux jours à sa recherche, d’autant plus désespéré que la nuit commençait à tomber. Quand soudain, un éclair suivi d’un cri d’agonie me signala, non loin, la présence d’un magicien qui maltraitait un nain. Une paire de pattes massives, une paire de bras trapus, et surtout une paire de… cornes : c’était bien lui, enfin ! Je m’approchai en toute hâte, me frayant un passage parmi les corps sans vie et dans le soir tombant.

Sandoval : Grumpf ! Je suis Sandoval : nous nous sommes déjà croisés alors que tu traquais un monstre imposant. Ayant pu constater sur la pauvre bête l’étendue de tes talents magiques, je voulais te demander un petit service… Mais que se passe-t-il ici ?

MaraboO : Salut à toi Sandoval, j’ai lu plusieurs de tes ouvrages, et c’est un plaisir de te voir aujourd’hui face à moi ! Comme tu peux le voir les cadavres de nos ennemis s’amoncèlent et nombre de leurs bâtisses sont déjà en ruines. Malgré tout, les allianceux reconstruisent inlassablement leurs châteaux : ce sont de piètres combattants mais de bons maçons... Notre attaque se déroule comme prévu, même mieux encore : j’avais surestimé les ressources de l’Union des Clans.

Sandoval : Surestimer ton adversaire, cela n’est pas conforme à ce que l’on dit de toi : on te décrit volontiers comme quelqu’un de prétentieux.

MaraboO : Je ne pense pas l’être. Au contraire, je n’aime que peu parler de moi et de mes actions : ce qui m’importe c’est que les décisions que j’ai prises et les actions que j’ai menées aient été les meilleures pour mon clan… Mais après tout, on est toujours le pire juge de soi-même. Cependant, c’est vrai que si je pense qu’une décision est juste, je n’accepte aucune concession. Ce manichéisme qui conduit souvent vers une forme d’unilatéralisme est critiquable, mais je ne vais pas perdre mon temps à écouter les bouffonneries de tous les roturiers qui pensent connaître l’art de la guerre : certaines personnes sont faites pour diriger, d’autres pour suivre.

Sandoval : En parlant de guerre, je ne vois nulle trace de résistance autour de nous : quels adversaires te reste-il ici ?

MaraboO : Après avoir détruit plusieurs palais, nous butons aujourd’hui contre StormWind, la légendaire forteresse de l’Alliance d’Azeroth. Le Bouclier des Dieux Anciens, le puissant artefact qui la protège, semble rendre le palais insensible aux assauts de la Horde, qui se dresse aujourd’hui tout autour.

Sandoval : C’est vrai que beaucoup de tes hommes, qui m’ont indiqué le chemin jusqu’ici, te présentent comme un grand stratège : alors tu as sans doute un plan en tête, non ?
MaraboO : Nos érudits se penchent en ce moment sur la question. D’anciens grimoires parlent de ce bouclier magique mais la solution pour rompre ce charme est complexe. J’ai confiance en nos dieux, et je pense que cela n’est qu’une question de temps avant que nous n’en venions à bout. Toutefois, il ne faudrait pas crier victoire trop tôt : nos victoires s’accumulent, mais nous ne devons pas compter uniquement sur notre passé pour dessiner notre avenir. A l’heure où je te parle les Nains sont sortis de leurs souterrains et marchent depuis le Nord vers nos campements. Le château Drow est déjà tombé, il est donc urgent pour nous de stopper aussi vite que possible cette hémorragie ! Les archers elfes noirs vont donc se mettre en position à l’orée de la forêt, tandis que la cavalerie S.D.F viendra prendre ces êtres courts sur pattes et imbibés d’alcool à revers. Pendant ce temps, les barbares [WGT] et la horde des Trolls continueront inlassablement d’assaillir la forteresse 2A, à égorger leurs guerriers, violer leurs femmes et à piller les trésors de l’Alliance.

Sandoval : Quel réjouissant programme… Mais tu utilises parfois d’autres méthodes quand même ?

MaraboO : A titre personnel, j’essaye de m’assurer de ne jamais rater ma cible : un bon elfe est un elfe en sushi ! Lorsque je n’étais qu’un apprenti et que je n’avais pas encore une bonne maîtrise de mes sorts, je me coordonnais souvent avec un autre mage novice pour que notre action soit systématiquement mortelle.
Pour parler des stratégies de guerre, j’entends souvent dire que seule la taille des armées compte pour gagner une bataille… C’est une grave erreur ! Même si c’est vrai que la force numérique y est pour beaucoup, une armée mal gérée pourra perdre contre des adversaires deux fois moins nombreux. Il y a d’après moi six facteurs qu’un bon général doit s’assurer de maîtriser pour que la stratégie choisie conduise à la victoire:
  • La coordination : il faut que les membres du clan et leurs alliés attaquent tant que possible de manière groupée afin de faire le plus de dégâts possible.
  • La mobilisation : beaucoup de clans partent en guerre avec seulement 80% de leur effectif : moi je pense qu’un guerrier qui ne vient pas se battre aux cotés de ses frères d’armes est un pleutre et qu’il n’a donc rien à faire dans le clan.
  • La diplomatie : il faut à la fois rester en bons termes avec nos alliés pendant la guerre (même s’ils font des erreurs) et bien sûr continuer à garder contact avec des alliés extérieurs au conflit pour pouvoir les faire intervenir si nécessaire.
  • Le moral : si le moral des troupes flanche alors la guerre est à moitié perdue. Il faut galvaniser ses troupes (tout en restant réaliste), et pourquoi pas essayer d’affaiblir le moral adverse.
  • L’anticipation : il faut absolument prévoir plusieurs coups à l’avance et imaginer les différents scenario possibles. Pour cela il faut essayer d’être aussi présent que possible sur le champ de bataille pour voir l’évolution du rapport de force.
  • La réactivité : même si les guerres sont généralement longues, il y a souvent des moments clés (arrivée d’ennemis supplémentaires, perte d’un château, des alliés qui capitulent) et il faut absolument réagir très rapidement dans ces moments-là, sinon la victoire risque de nous glisser entre les doigts.
J’ai encore beaucoup à dire sur les stratégies en elles-mêmes, mais je ne vais pas dévoiler les secrets [WGT].
Qui triomphe de lui-même possède la force.

Sandoval, en train de noter les bonnes méthodes : … et l’anticipation, voilà… Oui, la force, il faut posséder la force ! Mais tu es surtout réputé pour tes talents de magicien. Peut-être connais-tu un certain m-v : pour mon "problème", on m’a dit qu’il était l’un des deux plus grands mages du Lorndor… C’est un ami à toi ? Un ennemi peut-être ? Tu l’as déjà affronté ?

MaraboO : Bien sûr je connais m-v ! Nous combattons d’ailleurs côte à côte en ce moment-même dans cette guerre. Nous nous disputons les rares adversaires à notre hauteur dans l’armée adverse. Même si ce n’est pas la première guerre que je fais avec lui (on avait déjà eu cette occasion lors de la première grande guerre), il n’en a pas toujours été ainsi : m-v fut jadis un adversaire redoutable lorsqu’il faisait partie des Gardiens et qu’il défendait la Source. Alors que ma soif de bataille est restée intarissable, m-v, lui, a eu un parcours très hétéroclite : il a bien entendu participé à de nombreuses batailles, mais il a aussi été un célèbre chasseur de primes, un tueur de monstre hors pair et un excellent joueur de Sproach Ball.

Sandoval : Ah… Il m’avait semblé que vous étiez en lutte pour la renommée…

MaraboO : Ah non pas du tout, je n’ai jamais attaché plus d’importance que ça à ma renommée, je sais que je suis le plus puissant mage de Lorndor, mais c’est simplement parce que ça fait longtemps que je parcours ces terres, et il y a sûrement un peu de chance aussi là-dedans. A vrai dire, si j’avais voulu acquérir plus de renommée et de puissance, j’aurais délaissé les guerres pour aller chasser les monstres. Ma vraie fierté, ce n’est pas ma réussite personnelle, mais celle de mon clan.

Sandoval : Comme quoi les apparences sont trompeuses. A ce propos, l’un de tes hommes m’a indiqué ta position en pointant vers toi et en me disant "Tu trouveras le gnome garou au bout de ce doigt…" : j’ai mis du temps à te trouver, mais c’est quoi cette histoire de gnome garou ???

MaraboO : Effectivement même si cela ne se voit plus aujourd’hui, j’étais autrefois un gnome. J’ai grandi à Gadgetragan, une grande ville du royaume gnome. C’est là-bas que j’ai appris les secrets des arcanes de la magie de l’eau. La femme que j’ai aimée est morte à cause de l’hérésie d’un puissant notable local. Pris d’un excès de rage et d’un profond désir de vengeance, quelques jours plus tard je suis allé le tuer de mes propres mains. Le conseil gnome s’est réuni. J’aurais pu être condamné à mort, mais ma mort ne semblait pas être un châtiment assez sévère pour les puissants du conseil. J’ai donc été banni du royaume et victime d’une malédiction : pour que je sois renié définitivement par mes alliés, par mes amis et même par ma famille, par chaque habitant du royaume de l’Alliance, les magiciens gnomes m’ont lancé un sortilège de transformation Tauren. Puisque ceux que je considérais comme mes frères ont su me haïr, alors j’ai décidé de les haïr à mon tour : j’ai juré de combattre jusqu’à ma mortt les forces de l’Alliance, de faire tomber chacun de leurs châteaux et de tuer chacun de leurs hommes !

Sandoval : Grumpf, j’ai du mal à comprendre la logique gnome : être transformé en tauren n’a rien d’une malédiction… Et maintenant, comment se passe la vie dans ton clan ? C’est en quelque sorte ta nouvelle famille ou cela n’a rien à voir ?

MaraboO : Mon clan ? Que dire dessus… si ce n’est que j’y suis très attaché. L’ambiance est excellente, nous avons beaucoup de vétérans, mais les nouveaux, s’ils se montrent impliqués, sont vite chouchoutés par le reste de la tribu. Nous sommes un clan chaotique avec des guerriers issus des huit royaumes de Lorndor. Nous nous sommes rangés du côté de la Horde, car c’est avec les chefs hordeux que nous avons eu le plus d’affinités, et nous avons toujours eu du plaisir à guerroyer à leurs côtés. En bref, nous sommes de redoutables combattants avec une soif insatiable de guerre. Nous ne nous contentons pas de suivre l’histoire de Lorndor : nous l’écrivons. D’ailleurs à ce propos, je suis désolé, je vais devoir écourter cette entrevue : je viens de recevoir la nouvelle, le secret de l’Artefact protégeant le château 2A vient d’être percé, je vais donc rassembler mes hommes et donner l’assaut final !

Sandoval : Heu, juste un instant encore : j'étais venu te voir pour un petit "souci"... Une vieille gnome m'a jeté un sort répugnant pour que je tombe amoureux d'une elfe. Moi, un tauren... Depuis, je rumine pour trouver une solution à cette impasse. Tu n'aurais pas un petit contre-sort ? Une formule magique ? Une antidote ? Même une petite fiole...

MaraboO : Malheureusement, j'ai plus suivi les arcanes de la destruction que ceux de l'anti-magie. Je ne pense donc pas pouvoir t'être d'une grande aide... Toutefois, je peux te conseiller d'aller trouver et enlever Metzan, un des érudits de la citadelle gnome, celui qui m'a transformé en Tauren. Une fois cela fait, l'idée est la suivante : quand le sortilège prendra effet et que tu tomberas amoureux de cette elfe, il faudra que tu obliges Metzan à jeter à nouveau le sort de transformation Tauren sur cette Elfe, vous pourrez alors vivre une parfaite idylle et avoir plein de petits veaux. Aller, je te laisse, je suis pressé, si je ne me dépêche pas, il n’y aura bientôt plus de nains pour le goûter ! A l’attaque ! Gloire aux [WGT] ! Gloire à la Horde !

MaraboO s’éloigna à toutes pattes vers le champ de bataille, pendant que Sandoval tentait d’imaginer l’étrange transformation d’une elfe en tauren… L’espace d’un instant, l’idée que l’inverse pouvait se produire lui traversa l’esprit : et si le magicien gnome décidait plutôt de le transformer lui en elfe ? Le tauren ne put supporter la violence de cette terrible pensée et il s’évanouit de tout son poids sur le sol, en une parfaite coordination avec la citadelle StormWind qui venait à l’instant même de s’écrouler ! Ainsi tombent les taurens et les forteresses…



Sandoval


 
 
personnes ont vu ce numéro,
une personne le consulte actuellement.

 
valid xhtml valid css Contrat Creative Commons rss
apache php get firefox