Une nouvelle rubrique vient d'être créée pour vous : Raven, Archiviste Impérial, vous fera voyager à travers le temps grâce à ses articles sur la Mythologie de Lorndor. Au fil des numéros de la Gazette, il vous proposera sa Genèse, trilogie sur la création de Lorndor... jusqu'au bouleversement de la carte, et enchaînera sur d'autres mythes, (l'origine des Élémentaires... et divers monstres). Nous abordons ainsi en premier lieu :

Genèse de Lorndor (Livre I)


L’Avènement

"Et la lumière fut..."
Livre de la Genèse

Au commencement était l’existence de la matière et du vide, ordre chaotique tourbillonnant dans l’infini glacé. La matière était la seule existence, car elle était tout ce qui est. Elle était composée d’éléments innombrables, qui n’avaient de commun que leur opposition et l’équilibre parfait et précaire qui les unissait et les séparait. Et du Mana, l’énergie perpétuelle dégagée de la valse de ces éléments, s’extirpa une force qui perçut son être alors que la simple existence ne comprenait ni le temps, ni l’espace, ni elle-même . La Conscience naquit des éléments et les reconnut, et Cerdà fut : L’Unique, le Premier et le Seul, car Il était la Conscience qui s’étendit sur le monde.

L’esprit de Cerdà perçut le monde et définit l’univers, car tout ce qui est ne prend forme que sous la perception de la Conscience. Cerdà sentit l’Ordre et le Chaos, la Lumière et l’Ombre, le Bien et le Mal, la Vie et la Mort, le Temps et l’Espace, l’Eau, la Terre, l’Air, le Feu. Il sentit la division qui pourtant unifiait ces forces essentielles l’une à l’autre, et l’énergie mouvante de leur lutte qui embrasait l’univers. Cette énergie était l’essence même de l’existence puis de la Conscience. Le Mana était la Source du monde, il était le fruit de tout ce qui est.

Cerdà entreprit de façonner l’énergie du Mana pour en assurer l’équilibre, car étant le berceau de la Conscience, elle assurait la pérennité du monde qui ne pouvait être que lorsque défini par la pensée. Alors Cerdà scinda son propre esprit en deux forces opposées, et furent à leur tour Jahael et Ajharak. Le premier prit comme essence le Bien, l’Ordre, la Lumière et la Vie. Le second composa son être du Mal, du Chaos, de l’Ombre et de la Mort. Tous deux scellèrent leurs existences opposées l’un dans l’autre, chacun garant de la dualité essentielle de leur Conscience. Et Cerdà fut comblé, car la Conscience aimait engendrer la Conscience, et Il pouvait désormais partager son Œuvre.

Pendant des âges, ils façonnèrent l’univers en respectant et en assurant la parfaite symétrie des forces. Puis à leur tour, Jahael et Ajharak donnèrent Conscience aux facettes de leur être. De la bienveillante lumière de Jahael naquirent quatre êtres qui se divisèrent entre eux l’essence de leur créateur : Frowyn incarna le Bien, Bactic fut la personnification de l’Ordre, Balgrim fut l’avatar de la Lumière et Calaelen porta en elle la Vie. L’essence tortueuse d’Ajharak accorda la Conscience aux quatres formes de son être : Gragdish serait le Mal, Parnmourn sèmerait le Chaos, Helmör s’entourerait d’Ombre et Malgr répandrait la Mort. Ces jeunes Consciences désignèrent leur existence par " Dieux " et dans leur nature opposée, ils scellèrent eux aussi leur union et participèrent à l’équilibre du Mana.

Nombre d’âges s’écoulèrent encore avant que l’appel de Cerdà ne sonne des tréfonds oubliés de l’infini du monde, appelant à lui toutes les formes de la Conscience qui étaient unies en son être. Jahael, Ajharak et les huit Dieux se présentèrent à lui, et Cerdà leur exposa le projet qu’il chérissait depuis l’avènement de sa pensée. L’univers qu’il avait façonné était prêt. La Conscience frémit lorsque son appel reprit :

"Dieux et amis, vos œuvres sont la beauté et la perfection incarnées. J'ai l'idée de créer un monde comme le nôtre, mais de nos propres mains. Grâce à vos talents divers, nous pourrons nous lancer dans ce projet titanesque".

Ainsi, Cerdà leur donna une orbe, sphère parfaite, aussi grande que ses mains et ajouta:
"Voici le support vierge de votre travail, allez-y de vos idées".

Et ainsi fut créé Exil. Cerdà y définit le Temps et l’Espace. Il façonna la Terre, créa le roc et la pierre pour en faire les vallées profondes et les sommets gigantesques. Puis il inonda le ciel d’un souffle d’Air pour en faire la brise caressante et la tempête qui gronde. Ensuite, il noya les plus profondes des vallées sous des torrents d’Eau, donnant naissance aux mers et aux rivières. Enfin, il emplit ce monde de la fureur rugissante du Feu, qui l’animerait et le réchaufferait. Jahael et Ajharak à leur tour se penchèrent sur la sphère, pour y transmettre leur essence dans son état le plus brut. Ils encouragèrent alors les Dieux à modeler ces forces pour en assurer l’équilibre en ce monde comme en le leur. Calaelen fit fleurir la Vie dans la nature et la beauté des choses, alors que Malgr les priva de leur éternité en obligeant toute chose à la Mort. Ce qui disparaîtrait pourrait ainsi laisser place à la vie nouvelle. Bactic définit l’Ordre d’Exil en y formulant une physique que tous les éléments devraient respecter. Parnmourn emplit la nature de Chaos et d’une rage féroce. Il déchaîna la fureur de l’orage pour que la violence triomphe des éléments. Ainsi, l’Ordre lui-même régirait le Chaos du monde, qui pourtant toujours échapperait à son contrôle. Balgrim emplit jusqu’au plus grandes abysses de Lumière, allumant le soleil, la lune et les étoiles. Helmör fit naître l’Ombre de la Lumière étouffée par le monde, que jamais elle ne règne. Et les deux Dieux convinrent de les faire alterner, laissant le soleil immobile dans les cieux et faisant tourner la terre, que toujours elle connaisse les deux éléments. Enfin, Frowyn fit appel à la force de Cerdà et de Jahael pour insuffler la Conscience dans Lorndor, et emplir son cœur de Bien. Ainsi furent toutes les créatures vivantes. Gragdish fit de même, et aidé de la volonté de Jaharak il déchira les cœurs des nouveaux êtres pour que le Mal y ait sa place. Le monde était parfait, symétrique dans son équilibre, beau aux yeux de la Conscience.

Néanmoins, les Dieux virent qu’il y manquait quelque chose pour qu’il soit véritablement semblable à leur univers. Il y manquait une forme plus élevée de Conscience, une forme plus semblable à eux. Ils demandèrent conseil à Cerdà, qui les incita à créer chacun une Conscience supérieure, à leur image. Ainsi, ils laissèrent le Mana se déverser sur leur création et engendrer des nouvelles existences. Selon la volonté de Calaelen il prit forme dans les Elfes, bénis par la Vie et défenseurs de la nature. Malgr façonna les forces du mana dans leur opposé, les Morts-Vivants, eux aussi éternels dans la Mort. Bactic commanda le Mana pour qu’il prenne substance en donnant naissance aux Gnomes, ingénieux et avides de comprendre les lois de leur créateur. Parnmourn façonna l’énergie des éléments en une créature démesurée et brutale, les Tauren. Balgrim insuffla le mana dans la Conscience des Nains, qui feraient régner la Lumière dans les profondeurs de la terre. Helmör modela l’âme des Troll dans l’Ombre du Mana pour qu’elle puisse affronter par eux la surface du monde. Enfin, Frowyn créa les Humains et leur accorda les vertus du Bien alors que Gragdish engendrait les Orcs, porteurs des vices du Mal. L’affrontement éternel de tous ces peuples, unis et opposés dans leur nature, devait permettre à son tour un équilibre éternel.

Cependant, pour éviter la destruction et le Chaos qui devraient accompagner l’évolution des ces peuples opposés, Bactic proposa de créer une terre pour chaque nation. Cerdà fit alors surgir une grande parcelle de terre de l’océan et les Dieux issus de Jahael décrétèrent :

"Ceci sera la Terre de nos créatures. Vos créatures ne pourront rejoindre les nôtres et ainsi les détruire".

Ils baptisèrent cette terre In'mil, la Contrée de l'Alliance.

En réponse, Gragdish, Parnmourn et Helmör obtinrent également une terre aux antipodes d'In'mil, pour y loger leurs créatures et les préserver de la menace de leurs opposés. Ils baptisèrent cette terre Karrog Nur, Pays de la Horde Sauvage.

Toutefois, Malgr, avide de contrecarrer les plans de ses frères, annonça :
"Rien ne sert de nier l'évidence en séparant vos créatures. Elles se retrouveront un jour où l'autre et une Grande Guerre éclatera. Pour cela je crée une terre, qui le jour venu sera révélée à toutes les races dont les factions se battront pour la domination. Je la baptise Lorndor, le Pays des Songes".



Raven


 
 
personnes ont vu ce numéro,
une personne le consulte actuellement.

 
valid xhtml valid css Contrat Creative Commons rss
apache php get firefox